Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Boudoir des Livres

ô Verlaine de Jean Teulé

30 Avril 2008 , Rédigé par Sylvie Publié dans #Littérature contemporaine francophone



Présentation de l'éditeur amazon.fr
Un jeune poète à la rencontre d’un grand poète.
Natif de Béziers, Henri-Albert Cornuty habitait la ferme de ses parents quand son oncle lui offrit pour son quinzième anniversaire les Poèmes saturniens de Paul Verlaine. Cette lecture le troubla si fort que, sans prévenir qui que ce soit, il partit pour Paris rencontrer son idole. Il fit la route à pied et rencontra Verlaine au premier jour de l’automne 1895. Il ne le quitta plus jusqu’à sa mort trois mois plus tard.

Les derniers mois de la vie de Verlaine : alcoolique grandiose, amant frénétique et désordonné (« J’ai toujours été amoureux d’un sexe ou deux… »), bigame maltraité par ses deux compagnes, il tituba jusqu’au tombeau entre l’ignominie et le sublime…
La vie de Verlaine fut extravagante mais les derniers mois de sa vie touchèrent au surréalisme. Il n’avait que cinquante et un ans, perclus de maux : syphilis, altération sanguine, diabète, souffle au cœur, cirrhose du foie, erysypèle infectieux, hydarthrose, pneumonie (il fallut ajouter une seconde pancarte au pied de son lit d’hôpital pour en dresser la liste complète). Et c’est au moment où il ne lui restait qu’une poignée d’admirateurs inconditionnels (dont le préfet Lépine qui interdit aux policiers du Quartier latin d’arrêter Verlaine quelles que soient ses frasques), au moment de la pire déchéance matérielle et morale, au moment où les gloires de l’époque l’accablaient de leur mépris, qu’une vague de sympathie naquit chez les étudiants qui, en quelques mois, en firent leur idole. Ils aimaient sa liberté de ton, la force de ses anathèmes, le désordre de sa vie, le génie de sa poésie. Ils se battaient pour l’écouter dans les cabarets, étripaient les mauvais esprits qui ne partageaient pas leur passion, encombraient sa chambre d’hôpital pour l’écouter déclamer et lui assurèrent à sa mort des funérailles grandioses. Ce jour-là, le Destin poussa la générosité jusqu’à faire tomber le bras de la Poésie après que le corbillard fut passé sous la statue de Carpeaux qui orne la façade de l’Opéra.

Tous les faits sont exacts. Le reste est inventé.
Fol amoureux de ce personnage magnifique et terrifiant, Jean Teulé raconte à travers les yeux de Cornuty ces derniers mois extravagants. --Ce texte fait référence à l'édition broché .

Mon avis : Jean Teulé sait captiver son lecteur, c'est un plaisir de le lire.
Cette biographie de la fin de vie de Paul Verlaine est tragique, pathétique et dérangeante.
Tragique de voir un poète porté aux nues à titre posthume alors que de son vivant il était décrié par la plus grand majorité. Il est mort quasiment seul et dans le dénument le plus total.
Pathétique de lire l'exploitation d'un aussi grand poète certains de ses proches, de lire le peu de respect qu'il avait pour lui même, de le voir sombrer dans la déchéance.
Dérangeant parce qu'il est difficile de se dire que Verlaine a aussi été "ça"
Ce livre est superbe pour la manière dont l'auteur raconte Verlaine, pour les descriptions du Paris de 1895, des moeurs, et de la vie en général à cette époque dans la capitale.
A lire absolument.

Ma note 9/10

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article